LijnVDA-rechts.png

Stress thermique I

Stress thermique I

Newsletter rédigée par Stijn Leenknegt, spécialiste du porc à Vanden Avenne-Ooigem.

 

L'été revient. C'est pourquoi nous avons réalisé une série de newsletters sur le stress thermique chez les porcs. Dans les semaines à venir, nous vous fournirons des informations sur les causes et les symptômes du stress thermique, les conséquences du stress thermique, mais aussi les mesures (générales et techniques de ventilation) qui peuvent être prises.

 

Les porcs sont très sensibles au stress thermique. La raison en est simple: il est difficile pour les porcs de perdre leur chaleur corporelle. Ils ne peuvent pas transpirer et ont beaucoup de graisse sous-cutanée, qui garde la chaleur comme une veste. Haleter, comme le font les chiens, a également peu d'effet. Les porcs ont des poumons relativement petits par rapport à leur volume corporel. Respirer plus vite ne contribue pas beaucoup au refroidissement.

 

Figure 1: Influence de la température du bâtiment sur les porcs

 

La figure 1 montre une représentation de la température de la maison et de son influence sur les animaux. Dans la «zone de confort», la température est idéale pour les porcs. Tant que la température de la maison reste dans la «zone thermo-neutre», les résultats de production des animaux ne souffriront pas de la température. Ils ajusteront leur comportement dès que la température sera en dehors de la zone de confort. Les températures auxquelles les porcs sont dans leur zone de confort ou thermoneutre diffèrent selon l'âge (voir tableau 1).

Figure 2: Limites supérieures pour les porcs de confort et de zone thermo-neutre (source: Dopharma.be)

 

 

SymptÔmes

 

Comment savoir si les porcs souffrent de la chaleur? Il y a un certain nombre de choses qui expliquent rapidement cela.

 

Dès que la température de la maison dépasse la température de confort, les porcs seront plus éloignés les uns des autres. Ils établissent le moins de contacts possible entre eux. Ils bougent aussi le moins possible. Dans les granges à plancher plein, elles reposent sur les grilles car elles sont généralement plus fraîches. Parce qu'un porc se sépare naturellement de son lieu de repos et de sa zone d'engraissement, il grossira également sur tout le sol. Ils en font bon usage pour se vautrer dans le fumier et l'urine. L'évaporation de l'humidité du fumier et de l'urine sur la peau contribue également à la refroidir.

 

Figure 3: Pile Piglet comme thermomètre (source: SBB)

 

Si la température continue d'augmenter, les porcs respireront plus vite. En évaporant les fluides corporels à travers les poumons, ils se refroidissent un peu. Les porcs d'engraissement respirent à 22 ° C environ 30 fois par minute. A 32 ° C, ils respirent 150 fois par minute: ce halètement est un bon indicateur de stress thermique.

 

Une autre indication est une augmentation de la consommation d'eau et une diminution de la consommation alimentaire. Un porc boit normalement 2 à 3 fois la quantité de nourriture ingérée. Pendant les périodes chaudes, les porcs mangent moins. La chaleur est également libérée par la digestion des aliments: ils essaient d'éviter cette chaleur digestive.

 

Un dernier symptôme est une détérioration de l'état de santé général des animaux et la survenue d'une mort subite, souvent chez les animaux les plus lourds.

 

 

CONSÉQUENCES SUR LA TRUIE

 

Le stress thermique peut avoir de graves conséquences, tant sur le plan technique que financier. Les effets restent également visibles pendant longtemps, parfois jusqu'à 5 semaines après le refroidissement.

 

Avec les truies dans la maison de mise bas, la chaleur entraîne une consommation alimentaire plus faible. C'est certainement le cas des truies plus grosses. Cette diminution de la consommation alimentaire peut avoir des conséquences graves: un rendement laitier plus faible et, lié à cela, plus de diarrhée chez les porcelets, entraînant un poids au sevrage plus faible. Le manque d'énergie que subit la truie pendant sa lactation peut également aggraver la fertilité pour le cycle suivant.

 

Figure 4: Effet du stress thermique sur les performances des truies dans le poulailler (source: Vilas Boas Ribeiro et al., 2018)

 

Dans le hangar d'accouplement, nous remarquons que l'intervalle sevrage-ornière s'allonge. De plus, les cochettes ne deviennent en rut que plus tard. La chaleur affecte négativement le développement des follicules, ce qui entraîne des nids plus petits. Même après la fécondation, dans les 15 premiers jours de la grossesse, la chaleur est nocive. Les embryons se développent moins bien, ce qui signifie que les porcelets ont un poids de naissance inférieur et que le nombre de porcelets mort-nés augmente. Faites également attention aux ours et aux spermatozoïdes: à cause de la chaleur, les ours ont une production de sperme plus faible et une qualité de sperme plus mauvaise.

 

On constate une période de gestation plus courte pour les truies gestantes. Les truies mettent bas presque 2 jours avant la date prévue de mise bas. Lorsque la chaleur est en fin de gestation, on remarque plus de porcelets mort-nés et un poids à la naissance plus faible. Il y a également une mortalité accrue chez les truies, certainement au dernier stade de la gestation. Important pour ceux qui se reproduisent eux-mêmes: les porcelets nés après une période de grande chaleur avaient une carcasse plus grosse et des gonades moins développées (gonades), ce qui est un inconvénient majeur en tant que truie reproductrice.

 

 

CONSÉQUENCES CHEZ LES PORCS ET LES PORCS À VIANDE

 

Dans la batterie et la porcherie d'engraissement, les conséquences sont les plus graves pour les animaux les plus lourds. Il y a une dégradation de l'état de santé général des porcs. En raison de la consommation alimentaire plus faible, la croissance ralentit. La respiration plus rapide utilise plus d'énergie, ce qui, bien sûr, ne peut pas être utilisé pour la croissance. L'uniformité des troupeaux en souffre également.

 

Pour se rafraîchir, les animaux roulent dans le fumier. En conséquence, plus d'ammoniac est libéré dans l'air de la maison. La qualité de l'air se détériore, ce qui entraîne davantage de problèmes respiratoires.

 

Attention également aux morsures de queue: le stress thermique est l'un des facteurs déclenchants. Les vitesses d'air élevées, un phénomène courant avec une ventilation accrue pendant les périodes de chaleur, augmentent également le risque de morsure de la queue.

 

Dans notre prochain bulletin, nous vous expliquerons quelles mesures de gestion vous pouvez prendre pour éviter le stress thermique chez vos porcs.

 

Avez-vous des questions avant? N'hésitez pas à contacter le conseiller VDA de votre région.