LijnVDA-rechts.png

PRRS, une bataille durable

PRRS, une bataille durable

Newsletter rédigé par Bart De Bock, Vétérinaire chez Vanden Avenne-Ooigem

 

Le virus du SDRP est apparu pour la première fois en Europe au début des années 1990. Au départ, ils ont essayé de contenir le virus et éventuellement de l'éradiquer.

 

Comme on le sait, cela n'a pas du tout fonctionné et le virus est maintenant largement répandu. Bien que l'immunité contre le virus soit présente dans de nombreuses fermes, de nombreux dégâts sont encore en cours.

 

D'une part, des troubles de la fertilité sont observés, en particulier des rejets après 60 jours de gestation et des porcelets nés faibles.

D'autre part, le virus provoque des troubles respiratoires et immunitaires chez les porcelets et les porcs d'engraissement.

 

Maintenant que le virus est devenu assez répandu, la question se pose de savoir comment vous, en tant qu'éleveur de porcs, pouvez le combattre.

 

Outre la possibilité de vaccination contre le SDRP, cette bataille repose sur 2 enjeux principaux:

 

  1. Optimisation de la biosécurité externe: empêcher l'entrée de nouvelles souches dans la ferme (animaux vivants, air, sperme, visiteurs,…);
     
  2. Optimisation de la biosécurité interne: limiter les conséquences de la présence du virus sur l'exploitation.

Biosécurité externe

 

Fourniture d'animaux négatifs au SDRP (cochettes) ou d'une quarantaine suffisamment longue (au moins 8 semaines) selon le principe tout-en-un / tout-en-un - le principe du nettoyage et de la désinfection est très important.

 

En ce qui concerne l'introduction du virus par voie aérienne, cela dépend beaucoup de l'environnement. Plus l'environnement est pauvre, plus le risque est faible. Il peut être envisagé de fonctionner avec la filtration de l'air pour filtrer tout virus de l'air entrant. Il faut se rendre compte que cela réduit le risque d'introduction du virus dans la ferme, mais ne le ramène pas à zéro.

 

L'achat de sperme sans SDRP est certainement aussi une mesure à considérer.

 

Biosécurité interne

 

L'objectif de l'optimisation de la biosécurité interne est de limiter au maximum la propagation des souches virales présentes à la ferme entre les différents groupes d'animaux. La séparation des groupes d'âge, mais aussi la séparation des matériaux, des vêtements, etc. entre les groupes d'âge sont cruciales.

 

Dans l'élevage porcin fermé, l'objectif principal est de maintenir la circulation du virus dans le troupeau de truies aussi faible que possible. Le but ultime est la naissance de porcelets sans SDRP. La règle s'applique après la naissance, plus l'infection est jeune, plus le risque de problèmes cliniques est grand.

 

Dans ce contexte, le «Moniteur de porcelets - batterie de porcelets» de DGZ est un outil utile pour suivre la situation du SDRP dans une ferme. Dix porcelets sevrés et 10 porcelets âgés de 10 semaines sont testés pour la présence du virus SDRP. Cela vous donnera une idée de si et quand les porcelets sont infectés sur la batterie. Si le virus est détecté, une analyse de séquence est effectuée. Cela permet de vérifier si une nouvelle souche est trouvée à la ferme et / ou si plusieurs souches sont en circulation.

 

En outre, il existe désormais également la possibilité de cribler les porcelets nouveau-nés pour une éventuelle contamination via les «fluides de traitement». A cet effet, les queues et les testicules sont collectées dans un sac en plastique pendant le traitement des porcelets. Le fluide tissulaire obtenu à partir de celui-ci sert alors d'échantillon d'analyse. Par échantillon, le matériel de jusqu'à 250 porcelets (environ 15 à 20 litres) pourrait être examiné, ce qui maintient les coûts d'analyse très limités.

 

EN BREF

 

La bataille n'est pas encore terminée et un suivi régulier n'est pas un luxe inutile dans une ferme porcine professionnelle contemporaine. Le «Moniteur de porcelets» DGZ est une bonne base et peut être complété par d'autres recherches. Cela fournit des informations intéressantes lorsque des problèmes surviennent (par exemple, d'où vient le problème?).

Est-ce une souche connue à la ferme qui cause à nouveau des problèmes ou une nouvelle souche a-t-elle été introduite?

De plus, ce sont des outils intéressants pour évaluer et optimiser les opérations commerciales actuelles.

 

De toute évidence, il est difficile de suivre tout cela parfaitement vous-même. C'est pourquoi votre vétérinaire vous conseillera et vous assistera.

 

BONNE CHANCE !!!