LijnVDA-rechts.png

Viande de ferme Casier

Viande de ferme Casier

Dans la Flandre occidentale Merkem-Houthulst se trouvent les porcheries avec traitement du fumier et le magasin de ferme associé de la famille Casier. L'entreprise familiale a été fondée à la fin des années 1960 par Daniël Casier. En 1991, le fils Kris et la belle-fille Els ont repris l'entreprise. Depuis plusieurs années, ils font appel aux services de DLV, ce qui est une bonne raison pour approfondir leur histoire.

 

Aujourd'hui, Kris et Els dirigent une ferme porcine fermée avec des porcs d'engraissement et des truies, où les porcs sont nés et élevés. Ils essaient de maintenir l'empreinte écologique aussi faible que possible, au profit des humains et des animaux. Nous demandons à Kris comment ils font ça!

 

Vous avez réalisé divers investissements au fil des ans pour vous concentrer sur le bien-être animal. Comment avez-vous eu cette vision?

«Au cours des premières années, nous avons fait quelques rénovations dans les écuries existantes, mais nous avons vite vu que les anciennes écuries ne peuvent jamais donner les mêmes résultats que les nouvelles écuries. Lorsque nous avons réalisé un petit agrandissement de 200 porcs d'engraissement, il s'est avéré que les résultats de cette maison n'étaient pas comparables à ceux d'une vieille maison.

À ce stade, nous avons décidé de remplacer toutes les anciennes porcheries d'engraissement par de nouvelles maisons avec des compartiments et une ventilation au plafond pour améliorer la santé des animaux."

 

Cet espace supplémentaire garantit-il efficacement des porcs en meilleure santé?

«On dit parfois que la vacance est la meilleure désinfection, et c'est correct. De plus, des animaux sains donnent d'excellents résultats. En 2008, nous nous sommes développés avec 430 truies. Encore une fois avec le système de 5 semaines pour maintenir la vacance, à la fois dans l'enclos de mise bas et dans les stalles. Ainsi, la conviction grandit que beaucoup d'espace n'est pas seulement meilleur pour les animaux, mais aussi pour le portefeuille. Un gagnant-gagnant pour le fermier et le porc. Après tout, en rapprochant trop les porcs les uns des autres, vous, en tant qu'agriculteur, obtenez plus de travail et des coûts supplémentaires. »

 

Et puis vous avez également reçu l'étiquette de "meilleure vie". Comment cela a-t-il affecté l'approche?

«Lorsque la question s'est posée de passer à une« vie meilleure », nous avons été rapidement convaincus qu'il valait mieux que les animaux leur donnent plus d'espace et de distraction, et que cela donnerait également de meilleurs résultats. En raison de ce prix supplémentaire, des investissements supplémentaires pour placer des étables supplémentaires et pour doter les étables d'engraissement existantes de plates-formes peuvent être mieux justifiés. L'espace supplémentaire pour les porcs nous fournit un nettoyage supplémentaire, car il faut x m² de plus pour le même nombre de porcs. En ce qui concerne les ventes dans notre magasin à la ferme, elles n'ont pas augmenté immédiatement à cause du label." 

 

Pour obtenir le label, il a fallu beaucoup de changements structurels tels que les nouvelles écuries, le matériel de détournement, etc. Cela a dû être un investissement majeur. Pouvez-vous expliquer pourquoi l'investissement valait la peine d'être investi dans le futur?

«À notre avis, nous devons réaliser que nous appartenons au groupe de population le plus prospère. La population ici ne se soucie pas de payer, par exemple, 6,60 euros / kg pour la viande hachée au lieu de 6,50 euros / kg. Ils attachent plus d'importance à la qualité de la viande, ils pensent qu'il est important que les animaux aient été bien traités, etc. »

 

En plus de l'engagement pour le bien-être animal, depuis 2013, vous avez également la transformation biologique du fumier. Quelle est votre motivation pour démarrer cette transformation d'engrais?

«Après avoir agrandi les porcs d'engraissement avec 2 700 têtes, j'avais acheté un véhicule à trois essieux de 25 tonnes pour transporter moi-même le fumier vers le traitement externe du fumier. Lorsque vous êtes vous-même au volant, vous vous rendez compte plus rapidement que le temps est énorme et que c'est en quelque sorte un travail perdu. J'ai alors décidé de mettre une petite transformation à la ferme, afin que je puisse tout traiter moi-même. C'est pourquoi j'aime tout garder sur une seule ferme, aussi bien les truies que les porcs d'engraissement."

 

Votre entreprise s'est énormément développée ces dernières années, mais à quoi ressemble l'avenir?

«Bien sûr, nous espérons un successeur, mais pour le moment, cela reste un grand point d'interrogation. J'aurai 60 ans dans 10 ans, s'il n'y a pas de successeur d'ici là, nous serons obligés de vendre l'entreprise à des tiers."

 

* En savoir plus sur le label de qualité Beter Leven: Beter Leven vient des Pays-Bas. Avec ce label, la protection des animaux souhaite signaler aux consommateurs la qualité de vie d'un animal. Depuis le début en 2007, la popularité du label n'a fait que croître.

 

 

Qu'a fait DLV?

La famille Casier utilise les services de DLV depuis plusieurs années. Par exemple, nous avons déjà commencé à travailler sur les permis (construction et environnement) et les études d'accompagnement telles que l'EIE, l'étude des odeurs, etc. Nous nous sommes également inquiétés des tests par rapport à l'étude européenne sur les MTD et au décret triennal d'audit environnemental. De plus, nous apportons un soutien annuel à l'administration de la banque de fumier pour la ferme porcine et le traitement du fumier, et nous examinons l'application et le suivi du NER-MVW. Auparavant, nous avons travaillé sur la réalisation de Hoevewinkel Casier.

 

Source: Lettre d'information DLV 23/08/2019 - link vers le newsletter